Compte-rendus des parties du mois de Décembre 2014


RÉSUMÉ

Bilan du mois de Décembre :

Jeux du mois : 2 jeux ce mois-ci, beaucoup pratiqués et bien appréciés : Star Realms et Orcs Orcs Orcs.

Découvertes du mois : Star Realms, Le testament du duc de Crécy, The Speicherstadt, Temporum, Orcs Orcs Orcs, La Isla, Esquissé, Les contrées de l’horreur, Dead of Winter

Re-découvertes du mois : Dominion Rivages, Pathfinder JDR (Acte II)

Déception du mois : Le testament du duc de Crécy

Bonne lecture et à bientôt pour de nouvelles aventures ludiques !

Bonne année 2015 !

meeple 2_800p600

Zuton


Dominion Rivages Banniere

DOMINION RIVAGES

Soirée du 5 Décembre 2014

Dominion Rivage Boite

Partie à 2 avec Kratos en choisissant un set prédéfini de cartes.

Les combos sont simples et efficaces, on se rue rapidement sur les domaines à 8 PV écourtant ainsi la partie.

 

 

 

P1030619_800p600

Quelques cartes du set joué

P1030620_800p600

Le village indigène qui permet de stocker une ou plusieurs cartes de façon temporaire. Pour la/les libérer, une carte village indigène devra être jouée ultérieurement !

Le jeu est toujours aussi plaisant et les cartes de cette grosse extension colle bien au thème aventure dans les îles et renouvelle bien le jeu de base.


bannière Star Realms

STAR REALMS

star RealmsJeu de cartes de deck-building à 2 ou 4 joueurs dans un univers SF très réussi graphiquement : 2 parties enchainées.

Le système est simple et efficace avec des parties courtes mais intenses, surtout lorsque les combos qui apparaissent plutôt en fin de partie : elles sont parfois méga puissantes et la victoire se joue au tour près : c’est en effet au premier qui élimine son adversaire qui remporte la partie ! Pas le temps de pavoiser, il faut taper vite et fort !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le jeu de base propose 4 factions différentes qui ont toutes des attaques / des sous pour achat :

  • la bleue qui permet de récupérer des points de victoire
  • la jaune qui permet notamment de piocher des cartes
  • la rouge qui permet de détruire des cartes et ainsi épurer son deck,
  • la verte qui déclenche différentes effets

 

2 types de cartes bases peuvent être également achetées puis jouées :

  • base de défense : si les points d’attaques de l’adversaire sont inférieurs à ceux de défense de la base, cette dernière se comporte en premier rempart et encaisse les points d’attaque
  • base de développement : octroient des bonus de type achat, symbole, attaque

Star-Realms-contenu

Des effets secondaires des cartes se déclenchent si au moins un symbole requis est présent, soit par une carte précédemment jouée ou soit donnée par la présence d’une base affichant le symbole. Ces effets s’avèrent très dévastateurs !

star-realms-crisis-pack

Des cartes supplémentaires viennent renouveler le jeu comme les cartes héros ou les cartes évènements.

 

 

 

 

 

Un jeu rapide et intéressant (avec un anglais loin d’être insurmontable !)

A noter que la version Ipad du jeu est gratuite et aussi très agréable avec des missions à effectuer.


Bannière testament LE TESTAMENT DU DUC DE CRÉCY

Soirée du 7 Décembre 2014

le-testament-du-duc-de-crecyPartie découverte du Testament du Duc de Crécy avec Seb et Juliette : un jeu qui prenait la poussière sur mes étagères depuis le mois de Mai dernier : plus de 6 mois !

En effet, j’avais tenté de le sortir plusieurs fois mais sans succès : c’est ainsi chose faite !

J’ai trouvé le jeu pas mal mais bien plus lourd qu’il n’y parait : les règles sont longues à expliquer, alambiquées avec pas mal de cartes.

Il génère des situations parfois de blocage (on peut pas garder des jetons actions bonus pour la génération suivante : frustrant !)  et gare aux curseurs des plateaux personnels qui voltigent après une maladresse !

Une grande table est aussi nécessaire pour faire tenir les 4 générations en configuration arbre généalogique !

On a pas pu bien profiter du thème pourtant original car nous avons du souvent plonger le nez dans les règles ou tenter de comprendre les effets de certaines cartes de type « ami » au texte minuscule.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le jeu est tout de même plaisant avec des combos possible mais ce n’est pas non plus exceptionnel !

Pour la petite histoire, Seb nous a explosé avec des mariages arrangés douteux qui ne sentaient pas le grand bonheur, comme les nôtres d’ailleurs !


 PATHFINDER : LE JEU DE RÔLE , ACTE II

Soirée du 11 Décembre 2014

P1030644_800p600Fin de la première aventure !

On a rencontré de sales bestioles et même un dragon que nous avons blessé et qui nous a échappé !

Les M&Ms ont même participé , notamment une belle gemme rouge magique que transportait mon perso !

Arnaud a fait des jets déplorables tout au long de la partie mais s’est réveillé contre le dragon : aurait-il besoin d’un défi de taille pour être efficace ?

Olivier a découvert beaucoup de trésors et s’est bien rempli les poches le roublard !

On a achevé le premier scénario en faisant évoluer notre personnage avec les points d’expérience durement acquis.

Très sympa !

Le format initiation me convient bien : une aventure en 2 soirées, des figurines et un plateau pour l’immersion : c’est parfait !


 DIE SPEICHERSTADT

Après-midi du 13 Décembre 2014

die speicherstadt boiteKratos me fait découvrir un jeu de cartes de Stefan Feld que je ne connais pas, sorti en 2010. Il est disponible seulement en allemand/anglais ; pour 2 à 5 joueurs et illustré par Michael Menzel.

Nous jouons à 2 sur la version teutonne de ce jeu de commerce , du nom du quartier des quais de la ville allemande de Hambourg des années 1900.

AU niveau mécanique, il s’agit d’un jeu principalement d’enchères et de gestion de ressources.

Coté matériel : le plateau est tout en longueur et ne sert qu’à poser les cartes et nos meeples pour enchérir, des cartes, des pièces et 9×5 cubes dans un sac : c’est assez maigre !

Ce n’est pas le meilleur jeu de l’auteur mais pas désagréable non plus. Son principal défaut est le manque de cartes de bâtiments spéciaux qui auraient plus renouvelées les tours.

On a pu aussi constater le manque d’interaction à 2 joueurs, la configuration 3 ou 4 joueurs doit être plus optimale, la config 5 joueurs à priori plus incertaine avec des temps d’attente rallongés  (mais à tester).


bannière Star Realms

STAR REALMS

star Realms

Un petit Star Realms pour finir l’après-midi !

 

 

 

 

 

 


temporum coverTEMPORUM : VOYAGE TEMPOREL LUDIQUE RÉUSSI !

Soirée du 16 Décembre 2014

P1030677_800p600

Une bien belle boîte !

Temporum est le nouveau jeu Donald X. Vaccarino (créateur de Dominion) pour 2 à 5 joueurs édité chez Rio Grande Games. Même s’il déploie un joli plateau, c’est avant tout un jeu de cartes et de combinaisons avec un effet course pour la fin de partie qui arrive très très vite, la victoire se jouant au tour près !

Le jeu est rapide si bien que nous avons enchainé 2 parties à 4 joueurs avec France, Kratos et Olivier.

Pour plus d’infos, je lui ai consacré un article de type « Just Played » sur le site de Ludovox.

P1030678_800p600

Le plateau de jeu qui représente les lieux temporels. Les flèches marrons définissent l’évolution courante du temps et ne sont pas très visibles … et non, ce ne sont pas des crottes de chien !

Notre première partie met en jeu les cartes lieux proposées par le set d’initiation : il permet de comprendre facilement les rouages du jeu. France remporte la partie alors que Kratos et moi jouant derrière auraient également gagné !

Certaines cartes entrainent des effets néfastes pour ses adversaires, d’autres sont bénéfiques pour tout le monde (ses amis ?).

La mise en place de la deuxième partie introduit les cartes lieux du set nommé ‘Richesses » de mémoire (une pièce de 2 ors est placée sur chaque lieu et sera récupérée par le premier visiteur) et c’est Olivier qui s’offre la victoire, notamment grâce à ses cartes (bleues) à effet permanent.

P1030687_800p600

Plateau de départ de la 2ème partie !


 

bannière orc

ORCS ORCS ORCS OU COMMENT LA MAGIE SÉVIT !

Après-midi du 22 Décembre 2014

orcs orcs orcsPartie avec DoM, Clément et Kratos.

Le matériel est abondant (un paquet de figurines en carton épais qui tiennent très bien)  et de bonne qualité.

 

La similitude avec « Castle Panic » se limite à la tour centrale et au plateau de jeu divisé en sections, car la mécanique est tout à fait différente et on est loin d’un jeu semi-coopératif : un savant mélange de gestion de deck, placement et optimisation et ce dans un seul but : fracasser de l’orque ! Mais pas n’importe comment car les points de victoire sont attribués selon les 6 types d’orque et l’échelle de chacun d’entre eux dont la valeur diminue au fil de la partie s’ils arrivent à rentrer dans la forteresse.

orc faibleNous incarnons chacun un magicien logé en haut du donjon et qui lance des sorts pour tuer des orcs qui s’approchent de notre forteresse.

magicien orcLe tableau de chasse propose une légère gestion utile et intéressante au fil de la partie (donne 6 bonus permanents différents pour 2 orques de même type dézingué : +1 action, +1 carte…).

tableau de chasseQuelque sorts sont surpuissants comme la boule de feu, seule carte pouvant être boostée jusqu’à 5 points de dégâts pour tuer les chefs orque qui rapportent un max à la fin !

Les cartes sorts de combat :

damage spells orcLes cartes sorts d’amélioration :

support spell orcLes cartes sorts pour acquérir de nouvelles cartes :

spell pour acheterUne carte évènement est tirée au début de chaque round dictant la couleur des monstres qui s’avancent vers la forteresse (s’il est déjà dans le cercle le plus proche, sa valeur diminue de 1 et cause des dégâts au magicien se trouvant face à lui : perte d’un monstre trophée de même type) . Quelques cartes produisent également un effet néfaste permanent pour le round en cours : santé des monstres +1, pioche de 3 cartes au lieu de 4…

Bien fun même si j’ai eu du mal à bien assimiler les combos de certaines cartes attaquant dans différentes sections, ce qui a donné lieu à des déplacements très hasardeux et parfois inefficaces !

P1030715_800p600Je finis bon dernier dans des scores à notre grande surprise serrés, gage que le jeu est bien équilibré. Clément gagne de quelques points sur DoM.

P1030716_800p600A mon initiative, j’aide Kratos à ne pas oublier de distribuer une dernière carte poison qu’il m’afflige (-2 PV), le vil, soit-disant afin de ne pas finir dernier… action vaine, je finis à 3 PV derrière lui !

orcs orcs orcsPS : journée très « orquienne » avec dans la foulée du jeu la séance cinéma du 3ème volet du Hobbit (belles images mais sans scénario)…


 LA ISLA : PETITS PETITS PETITS…

Soirée du 23 Décembre 2014

la IslaPartie en solo pour tester ce jeu familial de Stefen Feld en simulant une partie à 2 joueurs.

Le matériel est flamboyant niveau graphismes et plutôt bien fourni, surtout pour le prix (environ 20 Euros). Le plateau de score et les aides de jeu sont par contre très fines, seules fausses notes au tableau. (En fait, il y en a une autre au niveau production puisque tous les cubes verts de ressources sont manquants sur l’exemplaire acquis pour la ludo de mon CE, remplacés par ceux de Descendance pour l’instant).

Le range-carte utilisé par chaque joueur à sa couleur est une vraie bonne idée et permet de bien mettre en évidence ses 3 pouvoirs permanents actifs , plus le rappel en picto de chaque phase !

Le thème est également rafraichissant et léger : il s’agit d’arpenter une île sauvage pour capturer des animaux (pour les étudier et non les manger !). Cela change du zombie, civilisation, SF, médiéval fantastique and co…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le jeu est plus difficile qu’il n’en a l’air avec une mécanique de placement / combinaison de cartes : on sent bien la patte de Feld mais dans un registre plus léger donnant un jeu plus court qu’à son habitude mais pas moins inintéressant !

Par contre le hasard du au tirage des cartes est omniprésent et c’est sur ce point que le jeu est bien différent des autres jeux du même auteur : on a ici aucun contrôle !

Le résultat est un bon cru familial, et certainement bien moins alambiqué que son autre production du moment : Aquasphère, non testé car il ne m’attire pas du tout !


 ESQUISSÉ : QUE DE FOUS RIRES !

esquisseIl s’agit d’un jeu d’ambiance pour 8 joueurs où l’on inscrit en secret un mot que l’on dessine sur un carnet personnel que l’on passe à son voisin qui doit deviner le mot ou expression puis passe le carnet à son voisin qui doit dessiner sa proposition… jusqu’à ce que notre carnet fasse le tour de la table et nous revienne en main avec le plus souvent un mot qui n’a rien à voir avec l’expression ou l’objet initial !

 

esquisé exemple

 

Une sorte de jeu du « téléphone arabe » mais avec des dessins.

 

 

Tout le monde joue et dessine en même temps sur son carnet et la revue des résultats produit des quiproquos et bien des fous rires. Moins on sait dessiner, plus les situations loufoques vont avoir lieu.

Esquissé détails-intérieur-boîte

 

Le jeu se joue en 3 manches à l’issue de chacune d’entre elles chacun attribue un point au meilleur dessin et à la meilleur définition après découverte commune de l’historique de son carnet. Cette attribution de points est optionnel car le but du jeu est bien de rigoler, et cela fonctionne plutôt bien quelque soit l’âge des joueurs !

Le jeu a beaucoup plu et plusieurs parties ont égayé nos différentes soirées familiales de Noël.


contrées bannièreLES CONTRÉES DE L’HORREUR : HORRIBLE DANS LE BON SENS DU TERME !

Après-midi du 29 Décembre 2014

contrées pochetteCela faisait un moment que je titillais Kratos pour me faire découvrir ce gros jeu coopératif et c’est dorénavant chose faite avec une partie à 4 joueurs avec Clément et France.

Il est en effet difficile à sortir car il faut avoir du temps devant soi pour bien se poser, lire les nombreux textes afin de bien profiter de l’ambiance et l’aventure « lovecraftienne » du jeu !

Je n’ai pas été déçu : le jeu est passionnant et on vit une aventure trépidante tous ensemble, semée d’embûches et surprises, plutôt néfastes en général.

Le matériel est abondant en cartes, les figurines en carton de bonne tenue, les fiches personnages sympas et le plateau très réussi à mon gout.

Le hasard est omniprésent avec tous les lancers de dés (D6) demandées lors des différents tests ou combats avec les monstres. On peut légèrement le contrôler en augmentant nos compétence nous donnant des dés supplémentaires ou bien en étant béni (les 4 comptent comme succès en plus du 5 et 6).

On a subi une cuisante défaite mais bien anodine face au plaisir du jeu.

On a subi une cuisante défaite mais bien anodine face au plaisir du jeu.

Une bien belle découverte !


dead-of-winterDEAD OF WINTER

Soirée du 30 Décembre 2014

boite dead of winterPetit survol rapide du jeu dans une première partie découverte en mode court et coopératif à 3 joueurs, avec un seul objectif commun.

Arnaud nous explique les règles assez simples et nous voilà partis dans l’aventure avec Olivier.

Pas mal de jets de dés, même pour se déplacer on jette le dé de risque, à moins de dépenser du carburant… Et ce fameux dé (à 20 faces de mémoire) peut vite sonner la mort lente d’un aventurier infecté voire une mort immédiate comme ce qui m’est arrivé avec le père Noël qui a subi une morsure mortelle !

Le matériel est tout bonnement hallucinant avec de nombreuses cartes, beaucoup de personnages cartonnés bifaces sur socle (30 et autant de zombies), un mini plateau personnel faisant aussi office d’aide de jeu, le tout joliment illustré dans l’univers. Je trouve que seul le plateau de la colonie, bien que fonctionnel, n’est pas réussi car bien trop terne à mon goût.

Pour réaliser les actions, on lance autant de D6+1 que de personnages et on les affecte à leur compétence fouille ou combat en respectant les capacités de nos personnages. D’autres actions moins glorieuses mais très utile pour la colonie ne requiert pas de valeur minimum de dé.

P1030919_800p600Pas mal de textes et des illustrations qui collent bien au thème : c’est l’hiver et il y a des zombies partout, aussi bien dans la ville que dans la colonie !

P1030920_800p600Le jeu comporte aussi un aspect narratif avec la pioche d’une carte de type « Croisées des chemins » pour chaque tour de joueur. Seul hic : la plupart d’entre elles n’ont pas été appliquées et lues jusqu’au bout car elles concernaient des personnages que le joueur actif ne contrôlait pas.

Piocher des personnages permet d’étoffer la bande d’aventuriers ou bien de collecter des cartes objets, armes, compétences présentes en probabilité différente selon chaque lieu (20 cartes par lieu : hôpital, bibliothèque, poste de police, station essence, supermarché, école) en fouillant à l’aveugle: très bien vu pour l’immersion dans le thème ! Bon, toutes les cartes armes étaient placées sous le paquet au poste de police, mais cela ne nous a pas empêché de dézinguer 12 zombies et remplir notre objectif commun !

A noter qu’il est possible de piocher jusqu’à 4 cartes en une seule action fouille mais ce n’est pas sans risque car cela produit du bruit et fait apparaitre des zombies en fin de tour (sur une valeur >4 sur 1 D6 pour chaque bruit généré). Et si jamais toutes les places libres « Zombie » du lieu deviennent occupées alors qu’un personnage est dans les parages :  il meurt dévoré dans d’atroces souffrances !

Chaque personnage possède une capacité spécifique comme par exemple piocher 2 cartes lors d’une fouille dans un endroit précis (comme l’infirmière à l’hôpital ou la bibliothécaire à la bibliothèque : normal me dires-vous…) ou se déplacer sans jeter le dé de risque pour Rod le camionneur, etc…

Petit compte rendu en images.

Cette première partie de base fut bien agréable mais je suis resté un peu sur ma faim en découvrant un jeu de zombie sans originalité : comme dans la plupart de jeux de zombies, on se déplace, on fouille, on tue les vilains mort-vivants en gérant ses personnages, la colonie et des évènements globaux (crises, décharge, cartes « croisées des chemins »).  Le jeu comporte tout de même un aspect narratif travaillé et une bien meilleure immersion dans le thème que ses prédécesseurs.

Mais attention , comme l’a très bien soulevé Arnaud, tout le sel du jeu réside dans les parties avec objectifs secrets et la présence éventuelle d’un traitre. La durée du jeu peut être choisie entre le mode court, moyen ou long : une bonne idée pour adapter la partie en fonction du temps imparti disponible !

J’ai donc hâte de tester ce mode moins basique qui devrait alors révéler les vraies qualités du jeu !


 ORCS ORCS ORCS : BOULES DE FEU A GOGO !

On termine la soirée (et l’année 2014 ludique) entre magiciens pour un concours de sorts éliminant non plus des zombies mais des orques !

P1030925_800p600Olivier fut le meilleur à ce petit jeu avec une nouvelle fois des scores finaux serrés et où je finis dernier.

P1030927_800p600L’aspect aléatoire est hyper présent et parfois frustrant (comme par exemple avoir des boules de feu sans ennemis de taille à combattre et ne plus les avoir quand il faut… grrrrr!) mais ce n’est pas très grave car le jeu est fun et court (du moins une fois que l’on connait les règles et assimile les différents pouvoirs des cartes parfois tordues).


 ENCORE BONNE ANNÉE 2015 À TOUS !

meeple 2_800p600

Zuton

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s