Compte-rendu des parties d’Octobre 2015


RÉSUMÉ

Bilan du mois d’Octobre 2015  : le temps des moissons de KS et autres salons. Beaucoup de nouveaux jeux découverts ce mois-ci et aucune déception si ce n’est Ashes.

Jeu du mois : Mysterium

P1080109_600p450Découvertes du mois : Mysterium (x4), Ashes Rise of the Phoenixborn, Tides of Time, 7 Wonders Duel (3x), Noblemen, Reliques & Co, Shakespeare (x2), Raid & Trade, Time Stories : The Marcy Case, Orléans, Blood Rage

Re-découvertes du mois : Andor, Salem

Déception du mois : Ashes, non pas à cause des illustrations magnifiques mais j’ai pas accroché au gameplay 1 vs 1 tout comme dans Magic : un jeu tout simplement pas pour moi ce qui ne signifie pas qu’il déplaira à la communauté ludique !

Film du mois : Seul sur Mars : une belle aventure humaine, un bon film spatial malgré quelques relents américains aussi inutiles que gonflants. Matt Damon qui porte le film est crédible en astronaute-botaniste-bricoleur et délivre une excellente prestation d’acteur. L’effet 3D est sympa mais je m’attendais à mieux de ce côté là.

THE MARTIANBonne lecture et à bientôt pour de nouvelles aventures ludiques !

Zuton


Andor GardétoileANDOR : LA LÉGENDE DE GARDÉTOILE en SOLO

Boite Andor GardétoileJe profite de la mise en place du jeu déjà présent de la partie précédente pour essayer la légende en solo. J’introduis de nouvelles cartes légende histoire de renouveler le scénario qui s’avère en effet bien différent, si ce n’est le dénouement identique de la défaite.

Je choisis 2 persos assez puissants pour tenter de mettre toutes les chances de mon côté : l’homme à l’arbalète (Arbon, la sentinelle des archers) et un nouveau personnage mi homme mi bête avec ses cornes sur la tête (Bragor). Ces 2 personnages peuvent attaquer à une case adjacente en lançant les dés un à un avec leur arme de jet.

P1080092_600p450P1080093_600p450P1080090_600p450P1080095_600p450P1080098_600p450Je parviens à apprivoiser les loups et hérite d’un vilain boss qu’il faut combattre dans les galeries souterraines. J’envoie toute la grosse cavalerie à savoir toutes mes unités et même les loups, mais cette armada n’a pas suffit pour l’éradiquer !

Une bien belle partie même si c’est largement moins marrant en solo.


MysteriumMYSTERIUM

mysterium boite4 parties dont 3 en tant que fantôme (oui, j’aime assez mais c’est aussi un peu obligé quand personne ne connait le jeu).

Le jeu est très intéressant car il peut réunir autour de la table des joueurs/euses de tout horizon et permet de passer un agréable moment ludique, le tout dans l’atmosphère étrange et mystérieuse d’un manoir du début du 20ième siècle.

Donner les bonnes cartes n’est pas facile pour le fantôme, surtout avec des médiums sur-inspirés à l’imagination débordante et qui voient des analogies partout ! Les médiums discutent entre eux et échafaudent des théories plus farfelues les unes que les autres, le fantôme en rit encore dans son coin !

P1080099_600p450Le jeu est au final un pari réussi si ce n’est la dernière phase du jeu qui est très poussive.

P1080100_600p450Attention aussi à ne pas jouer avec toujours les mêmes personnes, au risque de voir des petits habitudes s’installer qui faussent un peu les devinettes. Par contre, le faire découvrir aux autres est un pur plaisir.

P1080102_600p450P1080109_600p450


AshesASHES : RISE OF THE PHOENIXBORN

fernanda-suarez-ash01-box-front-flatPartie découverte avec Chris.

les graphismes sont superbes (merci Fernanda Suarez !) mais les cartes sont malheureusement bien trop petites pour les mettre en valeur, tout comme dans Dead of Winter.

Le « gameplay » est intéressant avec les dés d’activation mais j’ai eu du mal à voir et appliquer les combos de mon « phoenixborn » (Chris m’a pourtant souvent aidé et je l’en remercie).

Malgré une partie plaisante, je jeu est au final un peu trop agressif selon mes goûts (oui, mon côté bisounours est trop présent, je sais…), surtout à 2 joueurs : du « pan dans ta face » comme dit Chris. C’est aussi pourquoi j’ai jamais trop accroché aux mêmes genres de jeux asymétriques tels que Magic ou Netrunner.

P1080120_600p450Il faut que je me fasse une raison avec ce type de jeux : ils ne répondent pas à mes goûts ludiques mais j’avais tellement envie d’aimer celui-ci…

Je voudrais bien essayer un autre peuple plus facile à jouer (deviendrais-je fainéant et en manque de neurones avec l’âge ?) et à 3/4 joueurs pour une interaction moins directe.


TIDES OF TIME

tides of timePartie découverte avec Chris pour finir l’après-midi sur un petit jeu.

2 parties de découverte enchainées et le verdict niveau score fut sans appel : j’ai pris deux grosses fessées (sur les 9 ages au total des 2 parties, j’ai été devant qu’au tout premier : chance du débutant ?) !

C’est agréable, joli, rapide à jouer et facile à sortir en fin ou début de soirée. Après, les manières de scorer ne sont pas légions, le thème inexistant et le minimalisme du jeu font qu’on a pas forcément envie d’y revenir tout de suite. Envisageable donc de temps en temps seulement.

P1080122_600p450L’originalité du jeu réside dans la création d’un titre ludique qui tourne avec seulement peu de cartes !

P1080121_600p450Bon, ce n’était visiblement pas mon après-midi…n’allez pas croire que j’aime les roustes !


7Wonders-Duel-Antoine-Bauza-Bruno-Cathala7 WONDERS DUEL

7-wonders-duel2 parties avec Fabrice.

Je souffre d’or et de cartes jaunes de commerce sur la première partie et me prends une belle fessée (j’ai l’habitude ces temps ci…) mais je me rebiffe bien lors de la revanche ou j’apprends à mon tour à gagner haut la main !

Le jeu offre une belle adaptation de son grand frère mais exclusivement pour 2 joueurs. Les choix sont cornéliens et le plaisir ludique est au rendez-vous avec des parties dynamiques et courtes !

7W duel le piréeLes scores :

P1080150_600p450Quelques photos de nos 2 parties :


salem ban finalSALEM

Jeu à 3 avec Olivier et Régis.

salem_2Salem est un jeu coopératif que j’aime bien ressortir de temps en temps car le plateau est splendide dans son genre , l’univers très prenant et les mécanismes du jeu agréables et donnant lieu à pas mal de discussions.

P1080156_600p450Il s’agit de l’un des premiers jeux de ma ludothèque et je ne suis pas prêt de m’en séparer !

On subit une première grosse défaite rapide qui nous permet de remettre tout de suite le couvert.

P1080152_600p450Le deuxième essai est plus probant mais on butte tout de même sur le monstre final. On s’est tout de même bien amusé !

P1080155_600p450


MysteriumMYSTERIUM

mysterium boiteSophie, Julie, Alice et Zuton

Je joue une nouvelle fois le fantôme pour présenter le jeu : Sophie & Julie (12 ans) ont bien accrochées et demande une vraie partie que nous effectuons avec Alice alors que Julie décide d’incarner le fantôme.

On gagne de justesse alors que j’étais le plus influent sur la piste de clairvoyance et que j’avais voté sur le mauvais triplé ! Heureusement que mes 2 partenaires avaient voté elles toutes les 2 sur la bonne combinaison !


Noblemen banniereNOBLEMEN

3 joueurs : Juliette, Seb, Zuton

Boite NoblemenIl s’agit d’un jeu qui a reçu des bons échos sur le web (notamment de la part de Ludo le gars et du site Vin’dJeu) et qui est en effet très plaisant même si j’ai navigué à vue sur cette partie de découverte en finissant bien loin derrière mes 2 adversaires du soir !

Un mélange de placement de tuiles pour former son domaine, de cartes pour les actions et d’opportunisme dans un univers de course aristocratique au meilleur titre de noblesse.

Le matériel est de bonne qualité et les illustrations bien colorées sont plutôt réussies, sauf les tuiles terrains car un peu plus fades et grossières.

P1080173_600p450Galerie photos :


banner-reliques-and-coRELIQUES AND CO

3 joueurs : Isabelle, Arnaud, Zuton

reliques-co.jpg

Jeu plus corsé que le format de la boîte pourrait laisser penser. Ryan Laukat est à la fois auteur et illustrateur de ce jeu dont on reconnait le style graphique dès le premier coup d’œil, tout comme dans Un monde oublié.

Le mélange activation/achat des cartes par les dés est vraiment sympa.

Par contre, il manque du matériel (cubes, dés) et j’ai du aller piocher dans Caylus pour les cubes (une des 1ères boites de ma ludo que je n’ouvre jamais, et à la redécouverte du matos , cela m’a donné envie…) et faire rouler mes propres petits D6 (bien plus jolis que les vulgaires dés marrons proposés). Le matériel est très « cheap » (cartes et plateaux fins). De plus, les cubes pour représenter tous les objets, c’est économique pour l’édition du jeu mais alors pas du tout efficace pour l’immersion, ce qui est très dommageable car le thème est par ailleurs assez bien rendu par les graphismes des cartes. Une solution matérielle avec des jetons représentant chaque ressource aurait été bien plus judicieuse (mais plus cher j’imagine).

P1080185_600p450Arnaud et moi nous sommes jetés sur les cartes aventuriers et celles qui donnent des dés supplémentaires en en obtenant le maximum (6 je crois) alors qu’Isabelle a galéré toute la partie avec seulement 4 dés.

J’ai bien aimé les différents axes de développement possibles : les cartes récupérées des plongées, être majoritaire sur les musées, adjacence des cartes, montée de niveau de ses cartes…

P1080186_600p450Les règles sont succinctes,  manquent d’exemples et de précision pour le comptage des PV avec l’adjacence des cartes (adjacence des cartes entre elles ou adjacence avec la carte qui donne le bénéfice ?) et l’activation immédiate ou non d’une carte achetée / montée de niveau au cours de son tour.

P1080182_600p450Le thème et l’ambiance sont bien rendus lors de la découverte du jeu mais on l’oublie malheureusement bien vite pour se concentrer plutôt à créer un moteur à PV. Pas mal de possibilités de développement, d’où un bon goût de reviens-y.

Bon, ce n’est pas non plus le jeu de l’année, loin de là !

Wraith75 a donné  les réponses suivantes pour les 2 points de règle imprécis (Merci à lui !)  :

  • comme on place ses dés un par un, mais qu’il est bien précisé que les actions sont résolues tout de suite, je ne vois pas pourquoi tu ne pourrais pas placer un dé sur « buy» à action résolue au moment du placement : tu payes, tu prends et tu places ta carte, puis tu peux placer un de tes dés restants sur la nouvelle carte
  • pour l’adjacence, moi j’ai compté que ça augmentait la valeur des cartes entourant le bonus d’adjacence. Donc pour l’hydravion par exemple, la carte vaut 2 par elle-même (qu’il y ait des cartes B autour ou non) et rajoute +1 à la valeur de chaque expédition B à ses quatre points cardinaux

Shakespeare banniereSHAKESPEARE

2 joueurs : Chris, Zuton

shakespeare boiteLe dernier Ystari ne m’a pas déçu ! Le thème est tout d’abord original et très rafraichissant : préparer une pièce de théâtre , c’est classe !

Les graphismes du jeu sont très sobres et réussis, tout comme le matériel, sauf peut-être les jetons costumes qui sont trop petits et un poil abstraits. Le livret est très bien réalisé , sobre et la grande aide de jeu s’avère bien utile en décrivant côté recto les carte acteurs et verso les cartes objectifs.

Shakespeare perso boiteLes mécanismes du jeu sont fins, offrent beaucoup de choix cornéliens et d’interaction entre les joueurs, et encore nous étions dans un duel. Le jeu est tendu à souhait et on s’affaire de partout pour optimiser, essayer d’anticiper les choix de l’adversaire pour éventuellement le bloquer, progresser sur les pistes des actes, grappiller le moindre PV car dans ce jeu,  un PV est un PV !

Les cartes objectifs (1 carte à choisir parmi 3 piochées à l’aveugle) ne sont pas très lucratives et octroient au mieux deux PV si les conditions sont remplies.

Payer les acteurs et les artisans en fin de partie s’avère primordial et un petit casse-tête sur les 2 derniers tours car même si on collecte de l’argent au fil de la partie, c’est insuffisant pour rémunérer tous les membres de la troupe. Quémander des livres à la reine est alors salvateur.

P1080212_600p450

J’ai bien aimé le système de repos ou l’on ne peut pas réactiver de nouveau des personnages utilisés dans la manche courante dans la manche suivante, sauf un.

Il faut donc jongler avec plusieurs paramètres et les choix sont parfois difficiles sans être prises de tête non plus. Le plus frustrant est le blocage en n’obtenant pas tel ou tel décor ou costume, nécessitant de regarder avec attention les possibilités de l’adversaire. A deux joueurs, c’est possible mais je me demande si cette  surveillance est envisageable à 3 ou 4 joueurs.

P1080210_600p450La première carte artisan/artiste choisie est importante car elle va guider un peu sa stratégie. Pour ma part, en choisissant de suite l’orfèvre qui permet de prendre des bouts de décor dorés (considérés comme multicolore pour la règle de la symétrie des décors du théâtre)  et des costumes dorés (valeur 3), j’ai œuvré toute la partie pour construire un décor digne de ce nom.

Le jeu est fluide avec une seule action à son tour et bien équilibré, la preuve : on termine sur une égalité avec Chris, départagée en sa faveur grâce à sa livre (sou) restante ! En effet, malgré un objectif permettant de renvoyer un artiste en ne le payant pas (pas très juste cette affaire là) , je me dois te conserver une artiste onéreuse avec un costume doré (+ 1PV en fin de partie), me consommant tout mon reliquat d’argent.


Shakespeare banniereSHAKESPEARE en solo

Profitant du gain d’une heure supplémentaire suite au passage à l’heure d’hiver, je me lance dans une partie en solo ce dimanche matin, histoire de revisiter le jeu et bien ancré les règles dans mon esprit pour les futurs sorties du jeu.

P1080219_600p450Cette partie ne déclenche aucune interaction évidemment, ce qui retire une saveur essentielle au jeu mais permet quand même de retrouver les mécanismes et le thème avec plaisir.

La partie est assez rapide et mon théâtre est au final très beau avec un décor quasi terminé mais avec peu d’acteurs. Je marque un score final assez minable à comparer aux 30 points de prestige annoncés dans les règles pour ce mode : 19 points seulement ! D’un autre côté, cela me laisse de la marge de progression !

P1080221_600p450J’ai également parcouru le livret bonus expliquant l’origine des acteurs/actrices (qui était en réalité des hommes à l’époque, les femmes n’ayant pas le droit de monter sur les planches)  avec pour chacun d’eux une courte tirade (en anglais et traduite en français) extraite d’une pièce de Shakespeare. Il explique aussi les choix graphiques des acteurs, des croquis à l’illustration finale. Ce livret est une bonne idée pour plonger dans l’atmosphère du jeu et renforce sa très bonne tenue éditoriale !


banniere930p300RAID & TRADE

Raid & tradeArnaud nous (Régis et moi) fait découvrir un jeu d’aventures dans un univers post apocalyptique et acquis sur KS : Raid & Trade. Chaque joueur incarne un héros qui se balade de tuile en tuile en allant fouiller des lieux, fabriquer des objets, remplir des quêtes pour augmenter son échelle de compétence et de points de vie.

Le but du jeu est de prétendre à 20 points d’énergie (d’action) en ayant atteint l’un des 3 objectifs suivants :

  • 3 cartes quêtes remplies : chacune d’elles (3 au choix étalées) demande différentes combinaisons d’objets spécifiques, de lieux visités et d’autres éléments comme de l’énergie ou des objets fabriqués ou des cartes. Une quête remplie apporte la plupart du temps un bonus permanent ce qui les rend très très puissantes voir cheatées (lire plus loin)
  • 20 points de compétences : on démarre cette échelle à 0 et ces points sont acquis en fabriquant des objets ou autres actions bonus suite à la découverte d’un lieu (comme par exemple convertir des énergies en points de compétence)
  • 10 points de vie acquis au fil de la partie par des actions spécifiques comme se rendre à l’ « outpost » (sorte de bunker quartier général en forme de pyramide) mais on en perd souvent suite à la visite d’un lieu néfaste qui cachait un vilain monstre

Setup VFChaque personnage possède ses propres cartes objets à fabriquer en dépensant les jetons requis. Certains génèrent de l’énergie, d’autres permettent de voler des jetons… Par contre, aucune capacité spéciale dote les  héros si ce n’est mon trader qui permet des échanges gratuits en point d’énergie/action.

P1080266_600p450La partie est tranquille pépère, chaque héros se balade en visitant des lieux, amasse des jetons qui sont dépensés en quête ou fabrication d’objets. Le « trade » est finalement peu utilisé mais un échange fructifiant avec Arnaud me permet d’acquérir la 3ème quête satisfaite avec 15 jetons, synonyme de carte tuile gratuite. Il ne me reste plus qu’à trouver 5 énergies pour gagner la partie au début du prochain tour (15 points de début de tour plus les 5 = 20 requis pour la victoire). C’est à ce moment là que mes 2 acolytes m’ont logiquement attaqué pour me dépouiller, voir se dépouiller entre eux ! Je ne fais que me déplacer et fuir en gagnant une carte tuile gratuite (grâce à ma dernière carte quête surpuissante) à chaque nouvelle tuile traversée. Du coup, j’amasse un nombre de cartes hallucinant permettant de contrer et autres effets d’enfer, sans compter une autre carte quête me permet d’échanger à moindre cout au marché noir (3 jetons d’une couleur vers un jeton de la couleur de son choix, le cout habituel étant de 4 pour 1). Je stocke ainsi de la nourriture que mes adversaires ne peuvent plus me prendre faute de jeton armes, avec en plus une carte événement interdisant les combat sur une manche : je remporte ainsi la partie.

P1080270_600p450A bien y réfléchir, le bonus de la quête est bien trop puissant et déséquilibre le jeu. On a peut-être mal appliqué une règle limitative. En effet , les 2 autres objectifs points de vie / compétence ne donne pas de bonus permanent alors que les cartes quêtes allouent des capacités surpuissantes voir « cheatés » !

En résumé, le jeu donne lieu à plutôt du « raid » que du « trade », de la gestion de collections de ressources et un peu de combat résolu de façon très basique avec un seul dé. Malgré le déséquilibre, on s’est tout de même bien amusés avec des cartes pourvus de textes d’ambiance fun, qu’on oublie trop souvent de lire pour satisfaire les mécanismes du jeu au lieu de poser l’ambiance et raconter un petit bout d’histoire.

Les tours sont fluides, assez dynamiques, les règles simples et la durée de partie tout à fait raisonnable.

Le Just Played complet sur le jeu est disponible sur Ludovox !


TS M case banniereTIME STORIES : THE MARCY CASE

TS Marcy CaseJe propose le 2ème scénario de Time Stories à 6gale et ses 2 ados, Maxime et Guillaume. Il s’intitule The Marcy Case et nous voilà plongés en 1992 dans une ville US infesté de zombies où il faut sauver et ramener une jeune fille, Marcy.

2 runs et demi ont été nécessaires pour venir à bout de l’énigme, s’il on peut dire car le scénario est dépourvu de casse-têtes comme dans le premier mais requiert beaucoup plus de combats résolus aux dés.

J’ai trouvé ce 2ème scénario bien plus dynamique que le précédent, l’univers est bien rendu même si la qualité des illustrations est moins réussie car plus brute et moins colorée, mais en adéquation avec l’univers zombie des années 90.

P1080279_600p450J’ai quand-même noté quelques erreurs de cohérence grossière :

  • le détenu est sur une face avec des cheveux bruns puis change de faciès et devient blond sur l’autre face de la carte !
  • la carte A descriptive de l’église est fausse et confuse
  • la description d’utilisation de la Gateling est très approximative

L’un de mes moments préférés du jeu est l’entre deux runs où chaque participant échafaude un plan d’attaque optimum pour le run suivant : cela discute dur et les plans sont au final souvent contrés par les nouveaux éléments découverts !

P1080287_600p450J’ai largement préféré ce 2ème scénario moins linéaire que le précédent, les lancers de dés sont finalement pas si nombreux que cela et la recherche de la bonne Marcy plus retors que prévu !

La partie fut agréable en tentant le 2ème puis le 3ème run d’affilée, au lieu de laisser plusieurs semaines entre les 2 runs. Mais comme durant le premier scénario, le dernier run est assez rapide tant on connait les embûches à éviter.

Bref, on a passé une nouvelle fois un excellent moment d’enquête commune, bien plongés dans l’univers de ce scénario. Il faut dire aussi que les cassettes audio à bande type walkman m’ont rappelé avec nostalgie mon adolescence musicale et informatique de l’époque (Sinclair ZX Spectrum) !


7Wonders-Duel-Antoine-Bauza-Bruno-Cathala7 WONDERS DUEL

7-wonders-duel

 

Partie avec Alice qui découvre le jeu. Je l’aide un peu pour lui montrer les subtilités de certaines phases de jeu comme le choix des cartes pour ne pas libérer une carte que l’on convoite.


Orleans banniereORLÉANS en SOLO

Orleans boite MatagotPartie découverte en solo en simulant 2 joueurs pour appréhender les règles et mécanismes du jeu : j’ai adoré malgré les illustrations très pauvres et le cerveau en ébullition en fin de partie, je m’attendais à du plus complexe côté règles. C’est simple, fluide et tout s’imbrique parfaitement. La durée de partie est par contre conséquente avec 18 manches où l’on fait de une à quatre actions.

Le jeu me réconcilie avec le système de « bag-building » après une première expérience mitigée avec Hyperborea.

P1080294_600p450L’épuration de nos jetons via le plateau des actes de bienfaisance est bien vue et semble indispensable à partir du milieu de partie. Certaines phases peuvent être jouées en simultané mais attention de ne pas aller plus vite que la musique car il y a un effet course sur certaines actions dont justement le remplissage des actes de bienfaisance.

La piste de développement semble inévitable vu le nombre de points qu’elle rapporte en pièces puis en facteur multiplicatif selon son niveau de développement de valeur 6 maximum. En effet , on le multiplie en fin de partie avec la somme du nombre de citoyens et du nombre de comptoirs présent sur le plateau carte « voyage ».  L’université produisant des érudits est donc essentielle car elle permet d’avancer beaucoup sur cette piste. D’autres actions donnant des livres permettent aussi de progresser, comme le scriptorium, certaines tuiles lieu ou certain acte du plateau de bienfaisance.

P1080296_600p450D’autres personnages sont tout autant importants :

  • les marchands pour acquérir de nouveaux lieux
  • les fermiers nécessaires un peu partout notamment pour voyager
  • les chevaliers pour augmenter le nombre de jetons piochés du sac
  • les artisans pour acquérir des roues de technologie et activer des actions
  • les bateliers utiles plutôt en début de partie pour se développer puis pour voyager en bateau
  • les moines synonyme de jeton bonus remplacement n’importe quelle autre

Les tuiles lieu, le voyage / comptoirs, et la production de ressources proposent des  alternatives stratégiques intéressantes à explorer.

L’interaction se limite à l’effet course sur les actes de bienfaisance, les citoyens et la carte voyage pour récolter les marchandises et comptoirs.

P1080303_600p450

Le jeu pêche peut-être côté renouvellement car seuls les éléments suivants doivent apporter un peu de variété : la disposition des marchandises sur la carte et le tirage des événements qui sont en plusieurs exemplaires et faciles à contrer pour ceux néfastes.

Je lui ai trouvé un côté « Feldien » qui n’est pas pour me déplaire…

P1080304_600p450J’ai en tout cas super hâte d’y revenir pour explorer de nouvelles stratégies, de préférence à plusieurs mais pas 4 car cette configuration me semble lourde en durée de partie.

Une extension vient de sortir et devrait encore enrichir le jeu au niveau stratégique qui n’en a pas vraiment besoin au vu de ma première partie initiatique !


Blood Rage - bannièreBLOOD RAGE

France, Chris et Manu.

blood-rageUne première partie à 4 dont où moi seul découvrais le jeu.

Rien à redire sur le matos qui foisonne en belles figurines variées et bien ciselées, le plateau est fonctionnel tout comme celui de son clan. En revanche, les cartes ne sont elles pas particulièrement transcendantes au niveau graphismes, donnant un aspect légèrement « vieillot » au jeu (ces cartes me rappellent un peu celles de Age of Mythology) mais bien dans le thème.

P1080334_600p450Les mécanismes sont sympas, notamment le draft, le fait de pouvoir participer à un pillage en étant adjacent (s’il reste de la place) et la simplicité des combats mais force est de constater que l’effet « win to win » (et donc « loose to loose ») décrié plus haut est bel et bien présent. La preuve se lit sur les scores finaux et les plateaux perso de 2 joueurs aux stats presque complètement remplies, bien devant au niveau score avec les bonus finaux +50PV des pistes de son clan, alors que les 2 autres joueurs perdants, frustré(e)s, se trainent très très loin derrière au niveau score avec des niveaux très faibles sur leurs pistes de stat. Et c’est pas le fait de perdre qui peut frustrer mais bien le sentiment de ne pas être parvenu à faire progresser les stats de son clan tout en voyant avec effroi celle des autres décoller.

P1080336_600p450Même si je termine dans le peloton de tête, j’ai trouvé cela dommage (tout comme le vainqueur). A noter qu’on a joué avec 2 figurines dieux (fig. jaunes) changeant certaines règles : Thor qui alloue les PG (points de gloire) gagnés lors des victoires au combat au nombre d’unités tuées (au lieu du niveau de combat de sa fiche de stat) et Odin qui double la récompense lors du pillage : on pense que c’est ce dernier qui a déséquilibré la partie mais pas que. En effet, certaines cartes sont surpuissantes comme par exemple celle d’âge III qui double les points de gloire des quêtes.

P1080339_600p450Ma stratégie initiale a été de faire le dos rond au 1er age en perdant volontairement les combats avec une carte qui volait un point de rage au vainqueur (carte que je récupérais à chaque combat perdu), tout en jouant des cartes upgrade comme celle gratuite baissant ensuite le cout de 1 de toutes les futures cartes upgrade. Résultat : je peux introduire mon troll et suis le seul à conserver des points de rage en fin d’âge : j’ai pu ainsi piller les zones isolées, une joueuse s’est tout de même sacrifiée (au détriment de sa quête) pour m’empêcher l’obtention du double des compétences de la province centrale Yggdrasil occupée par Odin qui donnait +2 dans chaque piste de stat (un bonus énorme !).

P1080345_600p450Le développement de chaque joueur se fait donc à un rythme différent et cet effet s’accentue au fil de la partie car le nerd de la guerre est bien cette piste de rage synonyme de points d’action. En posséder plus que ses adversaires creuse l’écart et les bonus octroyés pas les cartes de type « perdantes » ne suffisent pas à combler le fossé.

J’ai tout de même beaucoup aimé la partie, effectué pas mal d’erreurs de débutant découvrant les règles, mais je suis pas certain que je l’aurais autant apprécié si j’avais fini avec les niveaux de développement aussi faibles que mes 2 autres partenaires perdant(e)s de la soirée.

J’ai hâte de refaire une partie sans les dieux pour un avis définitif.


Et pour finir le mois en beauté, voici quelques jeux d’occasion acquis à la bourse aux jeux des Contrées des Jeux, encore des « vieilles » nouveautés à découvrir ou redécouvrir pour La Isla et Desperados of Dice Town :

P1080348_600p450


À bientôt pour de nouvelles aventures ludiques !

Zuton

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s