GoF 2016 : le reportage !


GoF 2016 : quesako ? Et bien disons un acronyme signifiant Gathering Of Friends tout juste créé par notre petite communauté pour définir notre week-end jeux entre ami(e)s joueurs et joueuses de la région Grenobloise.

Et oui, les soirées ou après-midi jeux étant bien trop courtes, notre appétit vorace ludique nous a poussés à créer un week-end prolongé complet en gîte consacré à la chose ludique.

grecon-2016Il s’agit de notre 2ième édition après notre premier rendez-vous organisé l’année dernière (compte-rendu par ce lien), à peu près à la même période, à savoir post-Essen. La date du week-end du 1er Novembre n’est donc pas choisie au hasard, elle permet de gouter à des nouveautés ludiques pour combler nos envies et profiter également du pont pour prolonger le plaisir et accueillir quelques joueurs venant de loin. Cet exercice met à rude épreuve nos neurones, nos santés mentales et physiques mais ô combien salvateur pour appréhender des nouveaux jeux mais aussi rencontrer des joueurs/joueuses, et surtout partager tous ensemble de bons moments conviviaux !

Nous étions une douzaine à nous réunir, sous l’impulsion de ChrisE38, l’investigateur zélé qui n’a pas seulement enfilé le costume d’organisateur pour de faux puisque il a aussi assuré grave pour nous rendre ce week-end inoubliable : un grand merci à lui et à sa compagne France, le sacrifice a été à la hauteur de l’événement : génial !

p1040454_600p450

D’autres participants se sont eux transformés en cuisinier, sommelier, brasseur de bière, serveur, préparateur de breuvages, formateur (de règles), plongeur en herbe (en faisant la vaisselle avec du lave-main…), maitre de cérémonie, enquêteur, randonneur avec tous la même composante commune principale les animant : le jeu !

Cette année, 2 invités « externes » se sont joints à nous :

 

  • avatar-wraith75Stéphane alias Wraith75, mon frère jumeau ludique (mêmes goûts et plein d’autres choses en commun) qui fait aussi partie de l’équipe des testeurs de Ludovox. On conversait depuis 2 ans par mail (et la mise en connexion avec ChrisE38 a semble t il boosté leurs commandes KS), ce week-end ludique fut enfin l’occasion de se rencontrer dans la réalité !

 

Voici donc le résumé de nos pérégrinations ludiques qui ont été aussi nombreuses que savoureuses.

J’ai également souhaité donner la parole à un autre participant à notre week-end : AC qui a pondu un compte-rendu de son week-end très personnel, original et bien fun : je vous invite à le découvrir en fin d’article.

 

BEFORE GoF !

 

Le week-end démarre dès le vendredi avec l’accueil de Stéphane qui vient de loin (Bruxelles, euh « Brucelles » pour les autochtones) et auquel je fais visiter les coins touristiques et ludiques de la ville de Grenoble.

Ainsi, on profite tout d’abord du beau temps et des belles couleurs automnales avec un bon bol d’air à St Nizier du Moucherotte, point du Vercors offrant un beau panorama sur la vallée, la ville de Grenoble et les montagnes qui l’entourent. On peut même apercevoir le sommet du Mont-Blanc !

img_20161028_143903_600p450

Après un passage dans ma crèmerie ludique favorite (Les Contrées du jeu),  nous voilà attablés au Kfée des Jeux autour d’un cidre et d’un premier jeu partagé ensemble : Patchwork. Le premier d’une longue série…

img_20161028_164235_600p450

patchwork

Ce jeu à 2 tourne bien et sous les conseils de mon invité, il faut vraiment que je le fasse essayer à Madame qui pourrait bien enfin aimer un autre jeu que le tarot ou Super Cluedo ! A suivre…

 

tides-of-madnessOn a également pu effectuer une partie à 2 joueurs avant notre super diner asiatique (le « Mei Shan » à Grenoble, une bonne adresse découverte et que je vous conseille) : Tides of Madness.

Il s’agit d’un jeu pour 2 contenant seulement 18 cartes, le petit frère de Tides of Time mais re-thématisé dans le monde de Lovecraft avec ses monstres bien connus (une constante en ce moment avec l’invasion ludique de Cthulhu).

Cet opus est encore plus réussi que son prédécesseur de part son thème plus immersif et ses belles illustrations.

On draft des cartes pour faire des combos durant 3 manches en tentant d’éviter la folie qui nous guette !

tides-of-madness-header

GoF 2016 : JOUR 1 !

 

Après notre installation dans le gite de la Sauvagère et un petit repas commun où nous faisons tous connaissance, les premiers jeux sortent des sacs… On a pas eu le courage de tous les exposer ensemble pour la photo souvenir (au grand dam de Damien), il y’en avaient trop et cet étalage aurait rendu jaloux trop de monde… !

crazy-kick-2Stéphane propose un Crazy Kick, jeu de cartes de foot en équipe qui permet de briser la glace et passer un moment très fun d’entrée de jeu ! Le jeu ressortira une seconde fois pendant le week-end avec le même succès !

Puis c’est au tour de Damien de dégainer : il installe Great Western Trail et je saute sur l’occasion pour découvrir ce jeu (de l’auteur du très plébiscité Mombasa, Alexander Pfister) qui a été très bien accueilli lors de sa récente sortie pour Essen 2016.

Notre partie à 4 joueurs (Arnaud, Hubert, Damien au lasso des explications) confirme la bonne tenue du jeu qui s’avère excellent. En effet, c’est un régal et on prend du plaisir d’emblée à acheminer nos vaches dans les différentes villes, construire des bâtiments, recruter des ouvriers, cow-boys et ingénieurs, augmenter son cheptel, activer nos bâtiments (ou ceux neutres de départ) en se baladant sur les chemins du grand ouest américain…

p1040399_600p450Le jeu est à la fois accessible pour des néophytes (motivés tout de même car les explications sont longues avec pas mal d’icônes à assimiler) et profond pour les initiés avec un grand nombre de choix dans les stratégies, et surtout une grande liberté d’action. L’interaction se situe sur la course sur la piste de train, occasionnant des tuiles bonus et des futurs PV, sur le choix des personnages au marché et les droits de péage en argent pour passer sur les tuiles de ses adversaires ou certaines neutres (comme la voie alternative du canyon, des indiens ou des marais).

Le jeu possède quelques similitudes avec Caylus, notamment cette piste commune parsemée de différents bâtiments mais je l’ai trouvé beaucoup moins frustrant que son ainé avec plusieurs manières de scorer et le droit à l’erreur. Je précise qu’aucune vache n’a été martyrisée durant le transport (pour la suite de leur périple, on ne répondait plus de rien…du moins jusqu’au dîner…).

p1040410_600p450Great Western Trail n’est dons pas une surprise mais la confirmation que l’on tient là une belle pépite ludique. Gigamic va assurer la VF qui devrait sortir pour le 1er trimestre 2017 alors que se procurer la VO pourrait s’avérer pertinent pour les impatients vu qu’aucun texte n’est présent sur le matériel (de bonne facture d’ailleurs, le seul hic concerne certaines couleurs de bovins comme le gris et le noir pas assez distinctes), un grand nombre d’icônes permettant cette version multi-lingue (seul le livret de règles nécessiterait la VF). Pour plus d’infos sur le jeu, je vous renvoie à l’excellent article de Grovast à lire sur Ludovox.

p1040413_600p450La table voisine s’essaye à London Dread puis se déchaine sur un jeu de cartes kart en équipe de 3 vs 3 : Crazy Karts , un espèce de Mario Kart sur plateau !

p1040406_600p450

Le jeu de cartes Not Alone qui a bien buzzé à Essen est également de sortie :

p1040429_600p450

Tout comme Adrenaline :

p1040446_600p450

A mon tour de faire découvrir un jeu à Damien : nous jouons une partie agréable de La Isla, à 3 joueurs avec Hubert, un Feld léger et assez rapide mais pas du tout inintéressant dans lequel capturer des spécimens dans la jungle est source de PV, tout comme le niveau de la piste des animaux en fin de partie ou bien encore l’activation des bonus de ses cartes.

p1040419_600p450

Ce jeu génère pas mal d’ interaction pendant la phase d’exploration où l’on peut bloquer ses adversaires en se rendant le premier dans une zone convoitée, une donnée qui change par rapport aux autres jeux de l’auteur souvent décriés pour leur manque d’interaction directe (mais tellement bon par ailleurs).

Il est déjà l’heure de dîner et notre raclette du soir fut délicieuse. C’est donc la panse bien remplie et le cerveau quelque peu englué dans des vapeurs d’alcool que je me retrouve dans la peau de Conan en train de tenter de sauver une princesse emprisonnée par un vilain joué par Arnaud. Damien et Hubert m’accompagnent dans cette aventure…

p1040421_600p450Conan fait tourner sa hache et tente de faire des dégâts tout azimut : il est non seulement bourrin mais aussi bourré, avec des premiers jets de dés ca-ta-strophiques ! Seul le personnage de Damien possédant la capacité ‘insaisissable’ parvient à se faufiler parmi les monstres pour atteindre la princesse, sauf qu’il n’a pas la force de la porter (mais est suffisamment vigoureux pour entamer d’autres ébats dont il est lui seul à connaître…) : seul Conan peut porter la belle !

Le maître de jeu peut activer ses sbires à l’aide de gemmes, tout comme les héros avec un système glissant des monstres ne lui permettant pas d’activer les mêmes plusieurs fois d’affilée. Conan s’enhardit et sort enfin des jets digne de son rang et le vilain serpent est du coup terrassé après plusieurs tours, au prix de plusieurs blessures reçues.

p1040432_600p450

La sortie est épique, notre magicien a eu la tête du vilain mais n’a pas eu le temps de la sortir du plateau. Une belle expérience ! Le jeu est rapide, plaisant et très immersif, servi par du beau matériel.

hero-realmsNous enchainons par Hero Realms, un jeu de carte qui reprend le principe de base de Star Realms revisité dans un thème bien différent de la SF puisque l’univers devient médiéval-fantastique, ce qui n’est pas pour me déplaire.

On joue à 6 en 2 équipes de 3 joueurs : 2 héros principaux s’affrontent aidés de 2 champions qui en décousent de leur côté. Chaque héros peut attaquer les champions adverses alors que les champions se battent 2 à 2. Les illustrations sont magnifiques et la recette du précédent opus marche à plein régime, les tours sont fluides avec du « pan dans ta face » tout azimut mêlé à la gestion de son deck par l’achat de cartes de l’étal commun.

p1040440_600p450J’incarne un magicien qui possède un familier : un chat, qui a subi les assauts répétées des unités de Damien pour finir en civet plusieurs fois ! Je quitte le premier la table sans même avoir eu le temps de lancer ma boule de feu contre Damien : grrrrr ! Je laisse donc Anne-Claire mon héros et Manu face à Stéphane et Virgile : mon équipe subira une longue agonie…

 

p1040444_600p450Un très bon jeu que je désire maintenant acquérir au plus vite : merci Stéphane…

La nuit fut longue et plaisante avec plusieurs jeux joués en équipes à 6 joueurs comme Captain Sonar (en tour par tour pour découvrir calmement le jeu) et Codenames (2 parties).

captain-sonar_600p450On termine la nuit en beauté avec un jeu débile et bizarre style proto sur des papiers mais super fun : il s’agit de compléter une phrase à trou énoncée par le joueur actif aux autres qui doivent secrètement proposer un mot ou compléments (la plupart du temps bien gras avec des connotations sexuelles mais pas que) parmi les cartes qu’ils ont en main. Le joueur actif énonce toutes les combinaisons et choisit la phrase de sa préférence pour définir le vainqueur de la manche qui devient alors à son tour joueur actif. Pas vraiment de but si ce n’est se poiler, les résultats donnent souvent des phrases hilarantes (les couche-tôt du 1er étage pourraient en témoigner…)

Par exemple, quelle carte blanche vous semble la plus « adéquate » pour compléter le texte de cette carte noire énoncé par le joueur actif ? Plusieurs combinaisons pourraient marcher… les autres joueurs vont aussi choisir secrètement la meilleure dans leur main…

cards-against-humanity-exampleRenseignement pris , le jeu s’intitule Cards Against Humanity : un « party game » à mourir de rire et qui allait bien avec l’heure plus que tardive !

La nuit blanche n’était pas loin (6h30 ancienne heure) mais l’heure de sommeil gagnée par le passage à l’heure d’hiver nous a mis un coup de pied aux fesses pour aller (enfin) dormir (et surtout avant que les matinaux du 1er étage nous tombent dessus !)

GoF 2016 : JOUR 2 !

 

Le réveil pique carrément mais pas chez tout le monde (la revanche des couches-tôt…) : une partie de Tyrants of the Underdark est en passe de se finir pendant que d’autres (moi compris) prennent leur petit-déjeuner ! Damien est déjà dans le feu de l’action et c’est à se demander s’il s’est vraiment couché…

tyrants-of-underdark_600p450

Le premier jeu de la journée est Valeria Card Kingdom à 5 joueurs que j’explique avec Stéphane, en oubliant que l’on commence avec quelques ressources. Bon, cela ne change pas grand chose au vu du grand nombre de jetons que l’on gagne ensuite, à ne plus savoir qu’en faire.

p1040447_600p450Dans cette configuration maximale, le joueur précédent le joueur actif ne joue pas et ne perçoit donc pas de ressources ou autre bonus. JP est bien placé pour le savoir car il n’a pas pu mettre à profit un domaine lui rapportant des ressources sur des résultats doubles aux 2 dés : seule AC a en a fait quelques uns pendant qu’il était inactif !

On commence tous à recruter des citoyens pour augmenter nos chances d’activer nos personnages récoltant des ressources puis attaquer les premiers monstres (en dépensant de la force) et envahir les domaines accessibles (en payant de l’or). Certains domaines donnent des avantages bien sympas et j’optimise ceux qui permettent de gagner des PV en échange de défausse de citoyen ou petit monstre.

p1040448_600p450

Sinon, on manipule beaucoup de ressources et mettre plus de challenge sur les monstres pourrait être ajouté comme discuté avec Virgile, avec par exemple des pré-requis rôles ou des armes/objets spécifiques à inventer ou détruire un citoyen envoyé au combat…car attaquer un monstre moyen fait apparaitre un boss lucratif à son voisin (s’il a la force nécessaire pour le tuer) lui offrant l’opportunité de scorer de nombreux points ! Résultat : personne n’attaque certains petits monstres dès le milieu de partie, 2 piles Monstre restent inexplorées et la fin est déclenchée plutôt par l’épuisement des cartes Domaine.

p1040450_600p450Je ne sais même plus qui a gagné et c’est sans grande importance puisqu’ on a passé un très bon moment.

J’ai remarqué qu’un monstre porte le même nom que le pseudo de Stéphane : Wraith !

wraith-in-valeria

On profite du beau temps pour une petite partie de Molkky (quilles finlandaises) ou même un acolyte de Cthulu s’invite quand il s’agit d’annoncer l’exclusion du jeu d’un joueur maladroit ne touchant aucune quille après 3 jets : le ‘Vlugul ».

p1040466_600p450C’est Stéphane qui remporte la partie après une multitude d’essais infructueux de JP et Anne-Claire…sans oublier les essais d’Eléanor. Une parenthèse bienvenue dans ce marathon ludique !

Pendant qu’un The Gallerist occupe toute l’après-midi de la table voisine (avec Damien aux pinceaux des explications : les élèves ont ils dépassé le maitre ?),

p1040467_600p450nous découvrons une multitude de petits jeux de carte, à commencer par Coup Royal, un petit jeu méconnu de Chvatil.

150x105_couproyal-01Le jeu consiste à programmer tous simultanément face caché le vol de divers type de de bijoux dans des musées (lettres A à H) et envoyer les flics dans un autre lieu (la délation est monnaie courante chez les gangsters !). Les lieux vides sont défausser de leur butin, les voleurs sur le même lieu gagne une carte ressource face cachée alors que ceux avec un flic repartent bredouille. Une carte selon le nombre de joueurs définit le décompte final de points pour chaque type de ressource, les égalités sont partagées et arrondi à l’inférieur : un système très tordu ! Par exemple, sur la carte donnant 3 points aux 3 premiers (pour l’or à 4 joueurs), si 2 joueurs sont majoritaires à égalité, chacun marque un point et le 3ième empoche 3 points !

Nous enchainons par Lords of Scotland, un jeu pas facile à comprendre et expliquer (n’est ce pas Stéphane ?) : il nous a fallu une manche à vide pour bien saisir les subtilités de ce jeu très malin, doté de belles illustrations.

loscotlandp1040470_600p450

C’est au tour de Multi Universum  de séduire la table : un jeu de cartes où nous nous déplaçons dans un labo pour fermer des portails. Des cartes ont plusieurs fonctions tout comme chacun des labos dont on a un peu de mal à distinguer les couleurs très proches.

p1040471_600p450En parlant de couleurs, Stéphane nous sort une petite pépite ludique de sa besace : Red7, un jeu qui ne paye pas de mine avec du matériel basique mais des mécanismes de majorité vraiment intéressants.

Le jeu se compose de 49 cartes, 7 de chaque couleur numérotées de 1 à 7.

On démarre avec 5 cartes en main (de mémoire). A chaque couleur correspond une règle de majorité : le plus de paire, le plus de cartes formant une suite, le plus de carte de même valeur, de même couleur, la plus haute carte… le 7 rouge étant la carte la plus forte du jeu.

p1040472_600p450A son tour de jeu, il faut repasser majoritaire soit en alignant une nouvelle carte nous faisant passer majoritaire avec la règle en cours, soit changer la règle qui nous permet de devenir majoritaire, avec en bonus la pioche d’une carte si la valeur de la carte de nouvelle règle imposée est supérieure au nombre de cartes posées devant soi.Le jeu est vraiment sympa et exige un certain niveau de réflexion inattendu au vu de la simplicité du jeu, avec sa part d’aléatoire tout de même car sans aucune bonne carte, on finit par perdre !

saloon-tycoonLa soirée débute par Saloon Tycoon, un jeu que j’ai récemment reçu d’un KS et auquel j’avais déjà joué une partie en solo pour apprendre les règles, et comme nous sommes 5 joueurs et que la config maximale se limite à 4, je me sacrifie en expliquant le jeu et jouer un peu en binôme avec Hubert.

Le but du jeu est de remporter le plus de points de victoire (très original) matérialisés par notre meeple cow-boys se baladant sur une piste de score pas très lisible. On marque des points en construisant son saloon et ses dépendances, en accueillant des citoyens / des bandits et en remplissant des objectifs communs visibles et d’autres personnels secrets en fin de partie.

Des objectifs communs (« Open Claim »)  sont disposés face visible et il est source de points immédiatement et une seule fois pour le tenancier réussissant à remplir ses conditions en cours de partie.

Chaque joueur reçoit 4 cartes objectifs secret (« Secret Claim ») et en choisit 2 qui rapporteront des points en fin de partie s’ils sont réalisés (pas de malus en cas d’échec).

Ces objectifs guident notre stratégie de développement et sont de différentes nature : posséder un certain type de citoyen, des combinaison de personnage et de bâtiments spécifiques, constructions en hauteur…

p1040474_600p450Le tour de jeu est fluide : on récupère son revenu en or (égal au nombre total de tuiles sur son plateau personnel) puis on joue une seule action principale parmi 4 :

  • jouer une carte action : elles sont de différents type : rapporte du bois, de l’or, une action, vol de ressource, déplacement d’un personnage…
  • piocher 2 cartes action
  • acheter un bâtiment en payant son coût en or (un surcout peut être nécessaire selon l’emplacement de construction mais rapporte des PV en compensation)
  • corrompre un personnage (citoyen ou bandit) pour 8 ors en l’envoyant dans le saloon d’un adversaire ou bien l’inverse : le récupérer chez un adversaire et l’accueillir dans son propre saloon

Plusieurs actions secondaires sont possible comme réclamer un objectif commun ou plus souvent, payer 2 ors / bois pour construire un bâtiment.

p1040475_600p450Terminer la construction d’un bâtiment rapporte outre des points (7 PV pour les grands, 5 pour les petits) mais aussi un bonus immédiat spécifique à la pièce : une action principale, de l’or, du bois,la pioche d’une carte action, accueil d’un citoyen…

On peut ainsi « comboter » durant son tour et réaliser des actions successives : AC nous en a fait une belle pendant la partie !

p1040482_600p450

Le déclenchement de la fin du jeu est brutal car les autres joueurs font un dernier tour mais on ne peut plus alors corrompre les personnages, même avec le pouvoir des cartes Action… certains objectifs personnels deviennent alors impossible à réaliser s’il on comptait accueillir certains citoyens ou bandits présents dans les saloons adverses…

Le thème est super bien rendu et on a bien rigolé lorsque Stéphane a réussi l’objectif commun « Night Shift » qui consistait à envoyer l’institutrice Miss Watson au bordel, au grand dam de AC qui a tout fait pour tenter de sauver sa vertu : le sénateur fut surpris de rencontrer sa subordonnée en tant que nouvelle partenaire (Miss Watson, pas AC !) dans son lit… AC n’a pas réussi à préserver l’institutrice mais a pu se consoler en remportant la partie haut la main…

Pendant ce temps, une partie de Mombasa bat son plein à côté des saloons (jeu que j’ai depuis pu essayer : très très bien, à la hauteur de son buzz) :

p1040477_600p450

On achève la soirée par un petit jeu de cartes malin : Capital Lux, qui a défaut d’un thème fort propose une pause ludique intéressante mêlant guessing, interaction et réflexion !

capital-lux-cartes

GoF 2016 : JOUR 3 !

 

Le troisième jour marque déjà la fin du week-end pour moi et certains autres.

On a pu essayer la nouvelle version de Diamant qui a le mérite de réunir jusqu’à 8 joueurs de tout âge autour de la table dans une bonne ambiance.

Pour le reste, il s’agit d’un jeu léger qui allie une mécanique de bluff et de stop ou encore rythmant les aventures, au cours desquelles j’ai réussi à ne ramener qu’une seule gemme !

p1040488_600p450Pendant ce temps, une partie matinale de Scythe se déroule à 5 joueurs…

p1040489_600p450

Comme on est nombreux libres en cette fin de matinée, on se lance dans un CS Files histoire de découvrir ce jeu d’enquête édité récemment chez Iello.

p1040492_600p450Chaque joueur dispose face visible du même nombre de cartes indice mais toutes différentes et reçoit secrètement un rôle sachant que se trouvent autour de la table un assassin, un complice, un témoin et des enquêteurs.

Un tour initiale se déroule les yeux fermés, à la loup-garou, permettant de se faire reconnaitre l’assassin et le complice qui vont œuvrer pour ne pas être débusqués.

Le médecin légiste (maître de jeu) doit tenter de faire deviner aux enquêteurs qui est l’assassin à l’aide de tuiles indice générique, laissant discuter les protagonistes qui émettent ensemble des hypothèses. Puis chacun doit étayer un avis sur la question, et évidemment assassin et complice aussi… autant dire qu’ils essayent de brouiller les pistes… mais on ne roule pas un professionnel dans la farine…

p1040495_600p450Damien s’est retrouvé enquêteur, comme dans son vrai boulot de tous les jours et l’expert n’a pas eu de mal à démasquer l’assassin : il a laminé le jeu laissant tout le monde sur sa faim.

La phase du tour de table ou chacun expose sa théorie est très étrange, répétitive et rempli de suspicion ambiante. Les rôles de témoin et complice n’ont pas été très explicites et on s’est interrogés sur leur utilité.

C’est vrai qu’on étaient nombreux à trouver le jeu vraiment pas terrible, la mayonnaise n’ayant pas prise du tout !

Le dernier jeu pratiqué est The Dragon & Flagon , un jeu de programmation bien fun dans un univers de taverne médiévale fantastique avec un plateau doté d’éléments 3D.

the-dragon-flagonLe système proposé est un mécanisme à base de cartes action que l’on joue face cachée et qui se déclenchent un peu plus tard dans le séquencement. Plus on joue une carte forte et plus le temps d’attente pour activer la carte suivante est long.

Chaque joueur incarne un personnage et possède les mêmes cartes, quelques unes sont spécifiques donnant un pouvoir à chaque héros. Voici toutes les cartes de mon héros, un moine bouddhiste fan de karaté :

p1040505_600p450

Le but du jeu est de s’abreuver à la coupe du dragon placé au milieu du plateau, afin de déclencher son super pouvoir et surtout embêter ses adversaires en les faisant trébucher ou autre action sournoise pour leur voler de l’influence.

p1040508_600p450Tous les moyens sont bons pour ralentir ses adversaires et leur piquer de l’influence : leur lancer des chopes de bières, des chaises, tirer sur le tapis pour les faire tomber ou les coincer derrière une table : un joyeux bordel ou tout le monde attaque tout le monde, et la programmation se passe rarement comme prévu, offrant des situation bien marrantes !

Le premier à boire au calice devient la cible de tous les autres joueurs et les alliances temporaire sont légions.

p1040512_600p450

Vraiment très sympa et j’étais déçu de devoir partir bien avant la fin de la partie.

Pendant que nos joyeux lurons se tapent sur la figure et que les chaises volent, d’autres joueurs se mesurent à Battalia : avec Damien aux explications (il en aura expliqué des gros jeux durant ce week-end, tout comme Chris) et 3 joueurs découvrant le jeu : AC, Stéphane et Virgile.

p1040513_600p450

GoF 2016 : suite et bilan !

Certains autres jeux non mentionnés ont été proposés notamment le dernier jour 4 quand j’étais absent : Châteaux de Bourgogne jeu de cartes, Mystic Vale, Fake Artist, The Pursuit of Happiness, Arcadia Quest,…

Des parties avec les enfants de JP & Virginie ont été aussi jouées pour leur plus grand plaisir : Les aventuriers du Rail Jeu de cartes, King of Tokyo, Targets, …

En résumé, les grands moment forts du week-end ont été pour moi :

  • la découverte de Great Western Trail : super jeu et la grosse envie de rejouer à Hero Realms
  • la nuit presque blanche du 1er soir avec en point d’orgue le jeu délire Cards against Humanity
  • la partie détente de Molkky au soleil
  • l’après-midi petits jeux de cartes avec Stéphane à la baguette des explications : on a enchainé un petit paquet de jeux mine de rien, avec mention spéciale pour Red7
  • faire découvrir Saloon Tycoon
  • le début de partie épique de The Dragon & Flagon
sans compter tous les bons moments passés ensemble lors des repas ou autres pauses, et la rencontre de Damien et de Stéphane.
the-gallerist_600p450

Le bide ludique du week-end : CS files !

Place à quelques regrets somme tout anodins :
  • ne pas avoir eu l’occasion de jouer avec Virginie (Les Châteaux de Bourgogne, c’est pour très bientôt !)
  • ne pas avoir pu essayer Mombasa (c’est chose faite depuis !) , Adrenaline, The Gallerist ou Not Alone mais difficile d’être sur toutes les parties à la fois !
  • ne pas avoir pu essayer Ave Roma avec JP (appel du pied –> JP)
  • ne pas avoir pu faire découvrir Orléans , Invasion et Signorie
  • ne pas avoir pu convertir Manu à Thunderstone Le Pic de Dragon, on se l’était pourtant programmé, il va falloir qu’on tienne notre promesse !

 

 

p1040525_600p450

De gauche à droite : Chris-Zuton, Stéphane, France, Chris, Corentin, JP, Virgile, Eleanor, Virginie, Manu, Damien, Anne-Claire, Hubert (manque Arnaud).

Le bilan du week-end est donc excellent et il nous tarde déjà de ré-organiser une telle rencontre entre amis / joueurs passionnés.

Un grand merci à tous pour le super week-end et notamment à nos organisateurs (Chris et France), ceux qui ont pris le temps de cuisiner (France, JP et Virginie) et enfin ceux qui ont eu la patience d’expliquer les règles de jeu (Chris, Damien et Stéphane) !

Vivement la 3ième édition !

A noter que j’ai terminé le week-end par une partie dantesque de Through the Ages (acte II) avec Fabrice, un classique de Chvatil enfin découvert : après Napoléon et la guerre, c’est Charlie Chaplin qui m’a permis de gagner alors que j’étais fort mal parti…

p1040537_600p450

Goodie : le GoF 2016 d’Anne-Claire !

 

[version courte ONTout pareil ! Merci, à refaire, trop bien ! [version courte OFF] 

[version statistique ON]
Plus d’une vingtaine de jeux, \o/
Environ 17 heures de sommeil, \o/

Pour des raisons de décence le nombre de victoires ne sera pas mentionné ici (le nombre de défaites non plus)
[version statistique OFF]

[version longue ON

Je me suis demandée si je racontais mon week-end à mes collègues ou autre…

 Du coup ça donnerait ça :
« 
– Tu as passé un bon week-end ? Vous avez fait quoi ?

– Carrément !

On a est arrivé dans un super gite, et on commencé le week-end par une petite mise en jambe footballistique, mais on s’est pris 3-0 en 5min à cause de Bierne (ou quelque soit son nom wallon).

Ensuite on a voulu découvrir les Indes mais tel Christophe Colomb nous avons achevé notre voyage sans y être arrivés.

Abandonnant le bateau, on s’est mis au kart avec un lasso ! Mais des elfes avec un grappin en folie ont ralenti notre parcours, et c’était sans parler des nains bien sûr…
karts_race
Une fois les nains victorieux, on a fêté ça autour d’une bonne raclette puis Stéphane nous a embarqué dans un vaisseau spatial pour essayer de conquérir une planète sauvage. Bon pour le coup j’ai fait office de plante verte… teigneuse la plante verte bien sûre, mais pas suffisamment, à cause d’une sombre histoire de Rover abandonnée à côté d’une plage ou quelque chose comme ça …
La suite est classé secret défense.

Le lendemain on a fait un détour par la Finlande (une sombre histoire de quilles qui ne tenaient pas droit) et l’Écosse pour (re-dé-)former des clans, mais c’était juste la pause avant d’aller fermer des portails dimensionnels.

Bref, Stéphane nous en a fait voir de toutes les couleurs (…)

Et il ne comptait pas s’arrêter là puisqu’il a effectivement amené l’instit à travailler au bordel, impossible de la sauver malgré mes tentatives !

Le lendemain, j’ai eu 15min de règles pas très réveillée, puis nous sommes partis explorer des grottes à la recherche de diamants pour remplir nos coffres, mais il a ensuite fallu résoudre un meurtre sordide. Le médecin légiste ayant été trop fort dans ses rapports d’analyses (:p), le crime a été résolu rapidement, bon il faut dire qu’on avait un expert sur place.

J’ai cru un moment que l’expert vendait aussi des salades, mais il s’agissait en fait de construire des villes à coup de marteau en achetant des chevaux, des épées et des amulettes. Comme on ne construit pas une ville (enfin 5 villes niveau 4) en un après-midi, certains ont dû abandonner là (sans même terminer les petits biscuits au chocolat…) mais nous avons continué malgré tout à la poursuite du bonheur.

pic2667617_lg
Christophe s’est découvert une âme de poète et a adopté un singe, alors que France a fait des LAN à n’en plus finir, Virginie a rencontré Bob à un camp scout et a fini sa vie avec, ils ont adopté un petit lapin. On a en effet découvert que si je ne montais pas Corey, cette relation ne serait pas très bénéfique. J’ai tout de même fini par m’en séparer avant de mourir car il n’avait pas voulu m’accompagner à Essen alors que j’avais commencé à développer un proto de jeu. Bref, je ne sais pas si c’est parce que je n’ai pas été sympa avec lui, mais j’ai foiré ma réincarnation !
Résultat : le lendemain je me retrouve avec d’autres acolytes réincarnés en chevalier sans peur, dans un château visiblement mal fichu, vu le nombre de fois où on s’y est cassé la gueule !! Bravo pour le boucan ! On a réveillé le dragon et les plus fourbes (ne sont pas ceux qu’on croit) s’en sont sortis indemnes après avoir laissé 2 cadavres au fond des grottes finissant sur la pointe des pieds !

Bref, j’ai pas tout dit mais un bon petit week-end… tout ce qu’il y a de plus normal quoi !!!!
Voilà voilà … face à ce récit j’ai abandonné l’idée d’en parler à mes collègues, je crois qu’elles n’auraient pas compris…
(Comment ça vous non plus ? Oui bon, euh… le nombre d’heures de sommeil ça marche comme excuse ?)

[version longue OFF] vous étiez prévenus, fallait pas la lire sinon !

Epic fail du week-end : rentrer chez soi, galérer pour se lever le lendemain matin après plusieurs rappels du réveil, se lever enfin, s’apprêter à prendre le petit dèj’, regarder son portable, voir qu’il est 1h plus tôt que ce qu’on croyait, comprendre qu’on n’a pas mis le réveil à l’heure d’hiver, hésiter, retourner se coucher 20min !
Merci à ceux qui ont permis que ce soit un très bon week-end, GOs, explicateurs de règles et joueurs motivés de Grenoble et d’ailleurs 🙂
« 

Merci AC d’avoir accepté d’être publiée, tes collègues vont enfin pouvoir savoir ce que tu fais de tes week-ends !


À bientôt pour de nouvelles aventures ludiques !

Zuton

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s