Les 400 jeux de Chambéry : une 1ère édition réussie !


Le week-end dernier (2 et 3 Avril 2016), la ville de Chambéry a connu la première édition de son festival ludique nommé les 400 jeux, en clin d’œil au symbole de la capitale savoyarde : la fameuse sculpture des éléphants « les 4 sans cul ». L’affiche du festival porte ainsi l’emblème du quadrupède !

400 jeuxLe festival s’est déroulé dans une ambiance bon enfant à la salle polyvalente de Barberaz, porté par l’association locale hyper active Atoujeu qui était déjà présent à Place Aux Jeux de Grenoble (le reportage à lire ici).

Les T-shirts oranges de l’association étaient nombreux, disponibles et passionné(e)s pour expliquer les jeux. Leur stock de jeux variés pouvait ravir tous les types de joueurs : petits et grands, des plus novices aux plus experts avec également un espace réservé aux grands jeux en bois.

Quelques partenaires sont venus apporter leur pierre à l’édifice avec notamment la présence et le soutien des acteurs ludiques suivants :

  • Edge qui présentait Imperial Settlers, Potion Explosion , la 2ième édition du Trône de Fer jeu de cartes
  • Blam avec un Celestia géant et des exemplaires de taille normale
  • Blackrock Games , distributeur et éditeur : Keskifé, Yeti
  • des auteurs en herbe et d’autres plus connus comme Bruno Cathala qui a amené plusieurs prototypes dans sa besace : Yamataï (futur Days Of Wonders 2017 conçu avec Marc Paquien , jeu du calibre de Five Tribes, Dice Stars un petit jeu de dés qui sera publié chez Matagot, King Domino un jeu familial de domaine et tuile domino : Bruno est prolifique et sur tous les fronts en travaillant sur une dizaine de projets ludiques en parallèle et qui en sont chacun à un stade différent !
  • La grande évasion : « escape game«  local
  • Le magasin de Chambéry L’Antre des jeux (même si son point de vente était absent du festival même)

Le pari fut réussi avec une salle bien remplie les deux après-midis et un public très varié : du familial aux plus experts. Le festival proposait un week-end non stop du samedi 14h au dimanche 17h : un sacré marathon ludique alléchant auquel je n’ai pu participer que le samedi après-midi, l’occasion de nouvelles découvertes que je vous présente dans ce compte-rendu qui contient un petit reportage photo en fin d’article.

Vue de la salleIci point de queue interminable, l’entrée est fluide et tranquille, on papote avec les organisateurs et le PAF de 1 euro est accompagné d’une tombola avec plusieurs lots ludiques offerts par les partenaires. Pas de souci non plus pour trouver des tables libres, l’ambiance est calme et on peut faire son choix parmi les nombreux jeux disponibles en libre-service ou auprès des éditeurs présents.Jeux en libre service


P1000378_800p600Je suis accompagné de Fabrice et nous nous commençons par une partie à 2 du jeu Trône de Fer nouvelle mouture (seconde édition). Après les explications claires de l’animateur, nous voilà lancés dans le grand bain des combats, complots et luttes d’influence de Westeros avec le set de cartes de démo.

J’incarne la famille des Lannister et Fabrice celle des Stark. Les illustrations des cartes sont magnifiques et on rentre vite dans le jeu et son univers, sauf que la partie fut écourtée et à sens unique. En effet, je débute la partie avec très peu de personnages contrairement à mon adversaire qui me lamine très très vite. J’aurais pu refaire ma main de départ mais elle n’était pas si pourrie que cela avec plusieurs personnages quand-même. Même en jouant rapidement la carte événement limitant les personnages posés de mon adversaire, cela n’a pas suffit. Frustration extrême, j’ai plein de pièces mais aucun héros à faire entrer en jeu, seulement des lieux et des événements qui me font encore gagner des sous dont je ne sais que faire !

P1000381_800p600Bref la partie fut décevante et aura le mérite de calmer mes ardeurs d’investissement car j’étais vraiment conquis par la qualité des illustrations et l’agréable immersion dans un thème fort et attractif. D’un autre côté, les jeux d’affrontement asymétriques ne sont pas ma tasse de thé, donc ma déconvenue est finalement logique alors que le jeu devrait trouver son public, à condition qu’il ne soit pas blasé et prêt à ré-investir dans cette 2ième édition du jeu.


 

desperados-of-dice-town

Karine nous a rejoints et après un petit tour au bar pour un café, je propose un petit jeu de dés sympathique, histoire de nous remettre sur de bons rails : Desperados of Dice Town.

Comme d’habitude, on a passé un très bon moment avec ce jeu rapide, vite expliqué et mettant une ambiance bien détendue qui n’en manquait déjà pas. J’ai joué beaucoup de cartes en utilisant le pouvoir de pioche de mon clan, au grand dam de mes adversaires, en activant notamment à 2 reprises la carte annulant la perte d’argent : « Même pas en rêve ! » :). Fabrice n’a pas trop « kiffé » à cause de résultats laborieux de ses lancers de dés et le chaos induit par les cartes mais Karine a bien apprécié.

Perso, j’aime bien aussi !


le-desert-interditAprès le western, Fabrice nous propose une petite traversée du désert en coopératif : Le désert Interdit.

Et ce fut un très bon choix car on a vraiment bien aimé malgré la découverte des règles sur le qui-vive. Je connaissais son ainé L’île Interdite du même auteur et la seule partie pratiquée ne m’avait pas laissé un souvenir impérissable. A contrario, ce désert m’a beaucoup plu car il propose plus de variétés avec les cartes objets et des dilemmes intéressants.

P1000415_800p600Les discussions vont bon train pour les prises de décision alors que l’ensablement s’accélère au fil de la partie. Au niveau des personnages, Karine nous abreuve en tant que Porteuse d’eau, Fabrice l’Alpiniste se déplace sur les tuiles bloquées en portant aussi souvent la porteuse d’eau pour lui faire bénéficier de son pouvoir. Quant à moi, j’endosse la fonction de l’archéologue qui joue plus le rôle de dessableur que chercheur de reliques !

Les roles du desert interditOn gagne sur un gros coup de moule : le personnage de Karine était condamné à mourir de soif tout seul dans un coin du plateau dans d’horribles souffrances mais l’ultime pioche fut carrément heureuse lorsqu’elle a reçu l’objet de téléportation salvateur, lui permettant d’embarquer direct dans notre vaisseau tout juste reconstruit ! On a vraiment eu de la chance pour l’emporter !

P1000422_800p600Le jeu est très sympa, l’édition de qualité avec un bel univers graphique et du bon matériel. Il présente l’avantage de réunir des joueurs de différents horizons autour d’une aventure commune.

L’auteur a donc réussi à non seulement renouveler le jeu d’origine mais aussi à l’améliorer alors que ce n’était pas gagné d’avance ! Une très bonne surprise et j’ai très envie d’y rejouer et le faire découvrir en augmentant la difficulté !


indexNous terminons l’après-midi par la découverte de L’Auberge Sanglante, un jeu de chez Pearl Games , éditeur belge que Fabrice et moi apprécions tout particulièrement pour ses perles ludiques.

Ce jeu ne m’attirait pas particulièrement à cause des graphismes que je trouvais laids alors que la trame de l’histoire sordide et authentique me paraissait plutôt intéressante par son originalité même s’il est se révèle complètement immorale !  Tuer et enterrer des honnêtes citoyens venant séjourner dans votre auberge, vous conviendrez que c’est pas du joli joli !

Mais après l’explication du jeu et les premiers tours, le parti pris des graphismes prend tout son sens et mon opinion a complètement changé vis à vis des illustrations des cartes que dorénavant j’adhère à fond ! Un grand revirement d’opinion, comme quoi, il faut jouer avant de juger !

On a joué la partie en mode écourté ce qui qui ne laisse pas beaucoup de temps pour mettre en place un moteur de développement efficace et stratégique. C’est donc plus de l’opportunisme et de la tactique en prévoyant nos actions sur quelques tours qui sont extrêmement fluides.

P1000428_800p600La partie se termine en bain de sang mais sans aucune goutte apparente et au nez de policiers incrédules pour certains bien enterrés par des ecclésiastiques zélés et corrompues ! On a tous les 2 adoré le jeu : un vrai coup de cœur ! Heureusement qu’aucun magasin n’était présent sur le festival, sinon Fabrice repartait avec un exemplaire !


Les 400 jeux ont donc été l’occasion d’une nouvelle escapade ludique des plus réussies, même si elle fut bien trop courte pour profiter de tous les attraits du festival. J’aurais bien testé le proto Yamatai de Bruno Cathala qui a bien joué son rôle d’ambassadeur du festival, tout comme un autre jeu dont le plateau m’a tapé dans l’œil par sa beauté : Mangrovia (que j’espère découvrir bientôt).

P1000443_800p600J’adresse donc un grand bravo aux organisateurs, soutiens et bénévoles d’AtouJeu qui ont permis la naissance d’un nouveau festival ludique tout public et plaisant dans la région Rhône-Alpes. Si vous désirez profiter des soirées ludiques proposées par l’association, cela se passe les vendredis soirs à la Maison des associations de Chambéry : plus d’infos ici.

Equipe Atout jeuA noter enfin deux autres reportages intéressants d’une blogueuse présente au festival : Tartenpionne (dont j’ai découvert le blog récemment en visionnant la présentation vidéo de Porta Nigra) avec notamment l’interview à l’arrache mais très sympa et instructive de Bruno Cathala  dans laquelle on en apprend un peu plus sur les 3 protos et son profil de joueur. Tartenpionne a ainsi eu la chance de jouer aux 3 protos de l’auteur et vous les présente dans son article fort intéressant.

Bruno Cathala est un auteur que j’apprécie beaucoup par sa gentillesse, sa simplicité et son accessibilité et ce même si je ne suis pas fan de tous ses jeux ! Mais disons que le peu de jeux de sa ludographie bien garnie que j’aime, je les adore, en commençant par Les Chevaliers de la table ronde, Five Tribes ou le plus récent Fourberies. Et il se pourrait bien que le futur Yamataï rentre dans cette catégorie ! Note (merci Wikipédia) : Le pays du Yamataï est un ancien royaume de l’archipel japonais (dans les années 200) mentionné dans les chroniques chinoises et dirigé par la reine Himiko. Dans le jeu vidéo Tomb Raider (2013), la recherche de Yamatai est la trame de fond et le début de l’intrigue.

YamataiPrototype du jeu Yamataï : les éléments finaux du jeu seront différents, photo de Tartenpionne.


Avant le reportage photo, voici la liste des festivals ludiques à venir (liste non exhaustive) :

Comme promis, le petit reportage photo et à l’année prochaine pour la 2ième édition !


À bientôt pour de nouvelles aventures ludiques !

Zuton

Publicités

Une réflexion sur “Les 400 jeux de Chambéry : une 1ère édition réussie !

  1. Pingback: Les parties d’Avril et Mai 2016 | LUDO-LABO

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s